Mensonge employeur

mensonge employeur
 En cas de conflit au travail, l'employeur peut souhaiter se séparer d'un salarié. Plusieurs options s'offrent à lui et la plus simple (en apparence) et la plus économique est le Licenciement pour faute grave du salarié. Oui, mais.... Si le salarié en question n'a commis aucune faute et encore moins une faute pouvant être qualifiée de "grave" au regard du code du travail et de la jurisprudence en droit social... Cela ne pose pas nécessairement problème à certains employeurs peu scrupuleux qui vont alors "inventer" une faute de leur salarié. Dans ce cas, il s'agira tout bonnement d'un pur mensonge de l'employeur. Plus fréquemment, les employeurs essayent de se montrer plus subtils (ou machiavéliques) et tentent de fonder leurs mensonges sur des faits réels qu'ils vont transformer, exagérer, jusqu'à ce que ces faits correspondent aux critères exigés en droit du travail pour qualifier l'acte en faute grave. Parfois, le licenciement d'un salarié est mûrement réfléchi et préparé de long mois. Certains salariés collègues du futur licencié sont psychologiquement préparés (manipulation) pour fournir une fausse attestation le moment venu. Attestation qui pourra, si besoin, être produite comme élément de preuve devant le conseil de Prud'hommes.

Pourquoi chercher à tout prix le motif de la faute grave ?

Ce point est fondamental pour de nombreux employeurs, car la faute grave est un motif de licenciement qui évite de payer des indemnités de rupture au salarié. C'est également le cas pour la faute lourde, mais cette dernière est vraiment trop difficile à prouver et à défendre si le litige était porté devant les juges.

Fausses accusations de la part de mon employeur

Une accusation mensongère de l'employeur est très difficile à vivre pour un salarié. Il risque de perdre son travail pour un acte qu'il n'a pas commis. Pourquoi l'employeur met-il son salarié dans cette triste situation ? Par erreur de sa part, il se trompe... Ou avec la volonté bien déterminée de licencier sans payer la moindre indemnité ? Bien entendu les situations sont variées et en fonction de la taille de l'entreprise différents supérieurs hiérarchiques peuvent être à l'origine de l'erreur ou de l'acte de mentir.

Mentir aux Prud'hommes

Il est bien difficile d'accepter un licenciement fondé sur de fausses accusations ou des faits réels, mais détachés de leur contexte, c'est pourquoi de nombreux salariés saisissent le conseil de Prud'hommes. Dans cette hypothèse, un véritable combat va être mené entre le salarié licencié et son ancien employeur. Ainsi, l'employeur va continuer à justifier le licenciement par de fausses accusations. Pour être sûr de gagner aux Prud'hommes, il va se faire aider d'un avocat spécialiste licenciement. Cet avocat qui est un véritable expert en droit du travail va présenter les allégations de l'employeur  aux juges prudhommes de telle sorte que ceux-ci y voient une cause de licenciement pour faute grave. D'ailleurs certains avocats n'hésitent pas à user eux-mêmes de manœuvres frauduleuses pour atteindre leurs objectifs. (Faire durer la procédure pour justifier des factures plus élevés à leur client employeur, accepter de présenter aux juges des preuves visiblement falsifiées, tenter de tromper l'avocat adverse en ne respectant pas les règles habituelles qui s'appliquent dans une telle procédure...)

L'avocat Prud'hommes

plaidoirie avocat prudhommes
 Pour les salariés qui sont confrontés aujourd'hui à un licenciement, à la décision de saisir le conseil de Prud'hommes... Ils doivent savoir que le tribunal est une sorte de  saloon du Far West et que les avocats s'affrontent réellement sans pitié. Étant juriste, j'ai moi-même été témoin d'avocats qui mentent éhontément aux juges. J'ai même été témoin d'un avocat qui défendait son client en invoquant des règles de droit qui n'existaient pas (fausse jurisprudence). Par ailleurs, certains avocats sont tellement durs dans leurs propos que de jeunes avocats peuvent être complètement déstabilisés, des avocats plus âgés partent presque en courant du tribunal tellement ils ont honte de leur échec.
Enfin, les salariés doivent également savoir que les hostilités ne commencent pas le jour de l'audience au tribunal. En fait, elles commencent bien avant lors des différents échanges téléphoniques entre les avocats. Ceux-ci s'écrivent des emails, s'envoient des documents et tentent parfois de trouver une issue amiable pour leurs clients. Afin de tenter d'illustrer l'importance des irrégularités qui peuvent subvenir à l'occasion d'un conflit aux Prudhommes, certains avocats n'hésitent pas à jouer avec les dates limites imposées par la procédure, et alors qu'ils ont plusieurs mois pour envoyer leurs documents à l'avocat adverse, ils vont attendre le dernier moment pour out envoyer par email afin que leur adversaire ne puisse pas y répondre. D'après le code de bonne conduite des avocats, on peut dire que ce genre de comportement n'est pas très déontologique. De nombreuses autres manœuvres déloyales sont employées et les avocats inexpérimentés peuvent difficilement les contrer.
C'est pourquoi, les salariés devront choisir soigneusement leur avocat licenciement : spécialisé, expérimenté, capable de prouver le (ou les) mensonges de l'employeur, et de déjouer les éventuels pièges tendus par l'avocat adverse.

tags de la page: mensonge de mon directeur, le mensonge en droit du travail, mensonge employeur, licenciement fondé sur de fausses preuves de l'employeur, prouver le mensonge de l'employeur, avocat droit des salariés aux prudhommes.

Comments